Château d'eau et gîte de séjours Lagraulet du Gers
Site 5734847f0f856.jpg Site 573484853b6aa.jpg Site 5734848c81116.jpg

Jean-Paul Chambas

"Il me faut peindre !"

On disait de Picasso qu'il était un "touche à tout de génie", nous pourrions tout autant parler ainsi de Jean-Paul Chambas.

Tantôt peintre, tantôt créateur de décor de scène..., ses inspirations sont hétéroclites : littéraires avec Cendras, Lowry, Rimbaud ou encore Joyce ; historiques avec Marx et Robespierre ; plastiques, théâtrales, musicales, publicitaires...

Comme tout ce qui croise sa route depuis l’enfance que ce soit ses voyages, ou encore ses rencontres... Ses créations comme ses moyens d’expression n’en sont pas moins éclectiques.

Véritable "buvard", il invite toutes ses sources dans son univers. Jean-Paul Chambas est une nature. Amateur d’opéra, de théâtre ou encore de bon vin, il est également amateur de corridas. Admirateur de Bacon, Manet, Vélasquez, du Caravage ou encore de Toulouse-Lautrec, on le considère souvent comme le dernier peintre de la Renaissance, il aimerait pouvoir discuter art et figuration avec eux : "Je veux partager. Peindre, pour moi, c'est presque un acte militant." Mais avec qui en parler? Des figuratifs, aujourd'hui, il n'y en a presque plus. Je rêve de téléphoner à Delacroix pour lui demander: comment ferais-tu, toi?» Pour lui, le tableau n’a pas une simple fonction décorative, il est là pour éveiller.

Né à Vic-Fezensac le 11 mars 1947, il expose pour la première fois à Toulouse en 1967, après des études d’archéologie et d’histoire de l’art : "A l’âge de vingt ans, j’ai refusé de rentrer dans l’entreprise paternelle pour partir sur la route, armé de mes pinceaux et de mes toiles... Depuis, ma vie, c’est la peinture." En 1969, à Paris, il approche la figuration narrative ; il en est alors l’un des peintres les plus jeunes et est considéré par ses pairs comme l’un des plus doués.

Il quitte ensuite la France pour rejoindre Milan où il réalise et expose sa première série sur Rimbaud. Dès 1971, il crée ses premiers décors de théâtre et d’opéra ; son premier décor est pour Le Misanthrope, 1976, en collaboration avec Jean-Pierre Vincent. Dès lors, l’artiste multiplie les créations de décor et de costumes pour l’opéra, la danse et aussi la corrida ; il en réalise notamment pour l’Opéra de Paris et intervient dans les arènes de Vic-Fezensac, sa ville natale.

En 1982, il expose au Musée d'Art Moderne de Paris. "Certains ont dit, pour se moquer de moi, que j'étais un conceptuel. Ce n'est pas si faux. Je mets beaucoup plus de temps à penser un tableau qu'à le peindre. Chaque fois, c'est une enquête. Que ce soit Kafka, Lowry ou Rimbaud, je veux tout savoir d'eux. Pour tout oublier. J'ai besoin du sujet pour me l'approprier, et après je le tue. Le sujet, au fond, n'est qu'un prétexte à peindre. A la sortie, si c'est réussi, la peinture doit bouffer le sujet. C'est un combat. Voilà, c'est ça, mon boulot : d'abord une enquête, ensuite un combat.

Vivant et travaillant à Paris, il est représenté par la galerie du Centre et participe régulièrement à des salons, en France comme à l’étranger. Outre les nombreux décors, affiches et costumes de théâtre ou d’opéra qu’il a réalisé, on lui doit des fresques décorant voûtes et murs de stations de métro à Paris, Toulouse, Mexico.


Biographie Jean-Paul Chambas

Télécharger la biographie de Jean-Paul Chambas